Le monde traverse depuis peu une crise sanitaire sans précédent. C’est justement ce qui a poussé la plupart des gouvernements à décréter un confinement élargi à tout le territoire. La France et le Luxembourg ne dérogent pas à la règle. Durant cette période, chacun est cloîtré chez lui en attendant la fin de la période de confinement. Mais en attendant la levée de cette mise en quarantaine à grande échelle, qu’adviendrait-il d’un patient qui éprouve un besoin urgent d’assistance ? Dans cet article, il sera question d’évoquer la manière dont s’organisent les soins dentaires d’urgence en période de confinement.

Que peut-on qualifier d’urgence dentaire ?

En période de confinement, tous les déplacements sont limités au strict minimum. Lorsqu’un patient a des maux de dents, il peut faire appel à son dentiste, car la plupart des cabinets dentaires, bien que fermés, conservent une permanence téléphonique. Toutefois, il peut arriver que le patient ait besoin d’une assistance médicale urgente. Sont donc considérées comme des urgences dentaires :

  • Les douleurs excessives ou caries douloureuses. Il s’agit là de douleurs qui ne sont plus calmées par des sédatifs ou des prescriptions pharmaceutiques ;
  • Une infection de premier ordre, douleurs extrêmes provoquant de la fièvre ou un gonflement au niveau de l’œil ou du cou ;
  • Des traumatismes majeurs sur les dents ;
  • Les hémorragies ;
  • La rage de dents.

Toutes ces affections sont considérées comme des cas d’urgence dentaire.

Comment se passe l’intervention ?

Le professionnel dentiste se doit de planifier ses interventions en fonction de l’urgence signalée et de l’état de santé du patient. Il doit limiter la propagation du Covid-19 ainsi que la contamination du cabinet dentaire en séparant les patients confirmés Covid-19 des autres. Pour ce faire, le dentiste doit suivre une procédure stricte pour se protéger, protéger son équipe et le patient en cours de traitement.

Surtout pour des soins à risque tel qu’un soin aérosolisant par exemple, le personnel soignant doit être équipé d’une tenue professionnelle de protection totale (surblouse en plastique, gants, masques, lunettes de protection). L’utilisation d’un crachoir, d’instruments rotatifs ou d’aéropolisseurs est proscrite. Quant au patient, il doit garder son masque jusqu’au début de l’intervention et le remettre juste à la fin. Un bain de bouche antiseptique est également conseillé avant tout soin dentaire.